Conseils Thermiques

la réglementation thermique 2012

présentation

logo rt 2012 Elle s'est faite attendre puisque initialement prévue pour 2010, mais voici qu'elle pointe enfin le bout de son nez, je veux parler de la RT 2012! La RT 2012 se veut vraiment exigeante par rapport à la réglementation thermique 2005. Elle correspond aux exigences actuelles du label BBC Effinergie. Nous allons donc voir les dates clés de sa mise en place ainsi que les nouvelles exigences.

les échéances

les exigences

Pour répondre à la RT 2012 il conviendra de respecter 3 exigences (en plus des exigences de moyens que nous verrons par la suite)

le coefficient bbio

Dans la RT 2012, on note l'apparition d'un nouveau coefficient, le Bbio. Il remplace le Ubat de la RT 2005 en y intégrant les besoins de chauffage, de refroidissement et d'éclairage artificiel. Le Bbio n'a pas d'unité et il devra être inférieur au Bbio max qui est défini selon la zone climatique (exemple en zone climatique h1B, le Bbio max est de 60). Le Bbio max sera également modulé par l'altitude, la surface du bâtiment, etc...

Le Bbio favorise donc les bâtiments qui bénéficient d'une conception de qualité en prenant notamment en compte la compacité, les orientations, les surfaces et le traitement des vitrages, isolation... Ce sont les architectes qui seront principalement acteurs de ce coefficient.

carte du bbio max de la RT 2012

la cep (consommation en énergie primaire)

La Cep est exprimée en kWh d'énergie primaire (EP)/(m²SHON.an).
La transformation entre l'énergie primaire (énergie produite par les centrales) et l'énergie finale (celle facturée au compteur) est de 1 pour les ressources fossiles. Pour ce qui est de l'électricité, le facteur de conversion est le suivant : 1kWhEF correspond à 2,58kWhEP. Plus d'info sur les facteurs de conversion ici.

On peut également ajouter que pour la RT 2012, la SHON a été redéfinie par rapport à celle existante, on l'appelle SHONRT. Elle prend en compte la somme des surfaces de plancher de chaque niveau, après déduction des surfaces sans équipements de chauffage. Il ne sera donc plus possible de faire comptabilisé un cellier non chauffé dans la SHONRT comme c'est le cas actuellement pour biaiser le label BBC. Pour le tertiaire, la SHONRT=Coefficient.SURT. Pour la majorité des bâtiments tertiaires, le coefficient est de 1,2 (1,1 pour les autres).

Pour être conforme, le bâtiment devra avoir une Cep inférieure à une Cepmax (et non plus une Cep de référence comme c'est le cas dans la RT 2005). La Cep prend en compte

Voilà la carte des Cepmax selon la zone climatique :
carte de la Cepmax de la RT 2012

Là encore, la Cep pourra être légèrement modulée avec les mêmes raisons que pour le Bbio (altitude, surface du bâtiment, etc...). De plus, si le bâtiment bénéficie d'une production d'énergie renouvelable, le Cepmax est augmenté de 12kWh. Enfin, la Cepmax pourra aussi être augmentée de 30% si le bâtiment est chauffé avec une chaudière bois ou un réseau de chaleur utilisant 50% d'énergie renouvelable.

la température intérieure de confort (tic)

C'est le seul coefficient qui ne change pas par rapport à la RT 2005. Elle sera comparée à une valeur de référence. La tic représente la température maximale de la maison lors de la journée la plus chaude.

les exigences de moyens

En plus du respect des coefficients que nous venons de voir, la RT 2012 impose des exigences de moyens :

les configurations possibles

De nombreuses solutions sont possibles avec les moyens actuels, nous allons en voir quelques une. A noter que pour ce qui est de la ventilation, il est difficile aujourd'hui de faire du BBC avec une ventilation double flux. Il en sera de même pour la RT 2012 où la Cepmax a pourtant été définie avec une VMC double flux et l'efficacité de l'échangeur à 50%.

Solution envisageables

conclusion

La RT 2012 se veut ambitieuse et nous avons pu voir qu'elle l'était vraiment, notamment grâce aux exigences de moyens. De plus, la limitation de la Cep par une valeur "absolue" ne fait plus de distinction entre l'électricité et les autres énergies (ce qui était le cas dans la RT 2005, notamment à cause du facteur de conversion de 2,58).

Les solutions techniques actuelles permettent tout à fait de prétendre à la RT2012, en effet, il est aujourd'hui assez aisé d'attendre le label BBC qui se veut par exemple plus exigeant que la RT2012 en matière d'isolation. A titre d'information, pour une maison de 90m² standard, les surcoûts par rapport à une maison de 2010 devraient être de l'ordre de 7% (5% pour une maison de 110m²). Ce qui signifie que les surcoûts dû à la RT2012 ont été maîtrisés. Les nombreuses solutions techniques permettront surement de faire jouer la concurrence.

Et si vous n'êtes pas convaincu par la RT2012, attendez encore un peu avant de faire construire, la RT2020 et ses bâtiments passifs n'est plus très loin ;)

si vous aimez, partagez !

Suivez nous sur facebook Suivre Cthermiques sur Twitter linkedin flux rss

laissez un commentaire ou une question










Voulez-vous être averti par mail lors d'une réponse à ce commentaire?
Voulez-vous vous inscrire à la newsletter?
* Champs obligatoires

commentaires et questions

Posté par jmdesp le 30.05.12:

Existe-t-il un document quelque part qui explique comment les solutions envisagées rentrent dans le "gabarit" RT2012 surtout pour le Cep max?
Par exemple pour celle chaudière gaz, le choix d'un Bâti BBC signifie qu'on dépense plus d'énergie localement que le bâti meilleure technique avec l'effet joule, mais il serait intéressant de voir combien du Cepmax est consommé là, par rapport à la partie utilisée pour l'ecs solaire + appoint chaudière, et l'ECS thermodyn performant. Et ainsi si les deux solutions "consomment" 100% du cep max disponible, ou si celle gaz s??arrête en dessous.

Posté par Benjamin (Admin) le 30.05.12:

Bonjour,
Non, ce sont simplement des configurations qui équipent des maisons ayant reçu le label BBC selon une étude que je n'arrive malheureusement pas à retrouver.
Je rajouterais, que savoir qu'elle configuration est la moins énergivore n'est pas forcément la priorité. En effet, d'autres critères, comme l'adaptabilité aux grandes maisons (ou maison étage), la mise en place possible ou non du solaire, l'aspect financier sont autant de problématiques (et il y en a beaucoup d'autres...) à prendre en compte et qui peuvent compenser largement les écarts de consommation finale.