Conseils Thermiques

pourquoi économiser de l'énergie?

introduction

Il paraît aujourd'hui évident qu'il faut économiser de l'énergie. Mais il semble tout de même intéressant de rappeler les enjeux de la consommation énergétique. Les raisons invoquées ici ne sont ni classées par ordre de priorité, ni exhaustives.

question d'argent?

Pour les Etats

illustration balance commercialeSi certains pays de l'Opep affichent des prix à la pompe plus bas que l'eau, la majorité des pays importe de plus en plus de pétrole à des tarifs de plus en plus chers, la faute notamment aux fluctuations boursières (prix du baril, conversion de monnaie) qui dépendent en grande partie de la situation géopolitique des pays producteurs de pétrole, mais aussi des estimations des ressources. On peut également noter que le prix de l'or noir, mais aussi de l'uranium sont tels qu'ils sont le coeur de nombreux conflits armés, ce qui accouche de situations qui ne devraient pas exister et qui coûtent très cher, en argent comme en hommes, avec par exemple l'armée française qui stationne au Niger, pour d'une part lutter contre AQMI, mais aussi pour protéger les mines d'uranium d'Areva.

Pour les peuples

illustration prix à la pompe 2€/LLes coûts de l'énergie, que ce soit des carburants, de l'électricité, du gaz,... augmentent inexorablement, et ce, dans tous les pays, avec des amplitudes et des causes totalement différentes. Le budget énergie des ménages (mais aussi des collectivités) suit cette évolution et pèse donc sur le pouvoir d'achat. Cette hausse du budget énergie est visible par la constante augmentation des cas de précarité énergétique, c'est-à-dire les ménages qui consacrent plus de 10% de leur revenu à l'énergie et/ou sous-chauffe leur maison au détriment de leur santé.

question de ressources?

pic de hubbert du pétroleToutes les ressources, qu'elles soient fossiles ou fissibles (uranium), voient leur stock s'amenuir à grande vitesse, la découverte de nouveaux gisements ne compensant pas l'augmentation de la demande. Le pic de Hubbert est défini par le sommet d'un courbe en cloche (ci-contre), qui correspond à une baisse inexorable de la production d'une matière première, comme le pétrole. La plupart des scientifiques s'accordent à dire que le pic de Hubbert du pétrole a déjà été atteint, mais ils ne sont cependant pas d'accord sur la date, il semblerait que cela est eu lieu en 2005. Voici l'état des réserves prouvées en 2011 (source BP Solar) :

Matière première Temps de production restant
Pétrole 46 ans
Gaz 59 ans
Charbon 118 ans
Uranium 100 ans

Attention, ces années de ressource, sont sous réserve que la production reste stable (ce qui n'est absulement pas le cas). De plus, on parle souvent de ressources "exploitables" à un coût admissible. Mais comme le prix du baril (entre autres) augmente régulièrement, ce critère est en constante évolution. De plus, seules les compagnies pétrolières ont l'obligation de déclarer, de manière transparente, leurs réserves. Les pays eux, ne sont pas du tout obligés, ce qui amène notamment certaines manoeuvres des pays de l'OPEP pour mettre la pression sur les cours du baril. On peut noter ici que c'est désormais en Amérique du Sud que les réserves de pétrole sont les plus importantes, notamment après les récentes déclarations du Venezuela sur ses ressources. Enfin, certains types de ressource n'étaient auraparavant pas prix en compte (notamment les sables bithumeux au Canada) et le sont aujourd'hui, ce qui modifie les années de réserve "artificiellement".

Les ressources sont donc toutes dans le rouge, et d'ici moins d'un siècle, elles seront toutes à un niveau très (trop) critique pour que l'on puisse encore les exploiter, du moins de la même manière qu'aujourd'hui.

question de gaz à effet de serre?

Le dernier grand enjeu des économies d’énergie est la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ceux-ci sont déjà présents dans l’atmosphère et permettent à la Terre d’avoir une température de 15°C, ce qui rend la vie possible. Sans ce phénomène, la température chuterait à -18°C, ce qui entraînerait une très forte glacation, qui augmenterait l’albedo de la Terre. La température serait alors de -50°C et la vie disparaitrait.

schéma de l'effet de serre

Aujourd’hui, nous sommes bien loin de cette problématique de refroidissement, puisque tous les scientifiques s’accordent à dire que la température globale va augmenter, mais dans des proportions variables (de 1 à 6°C d’ici 2100). Cette augmentation est directement due à l’augmentation de la quantité de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, conséquence des activités humaines, autrement dit anthropiques.

Toutes les combustions rejettent des gaz à effet de serre, notamment du CO2, principal gaz à effet de serre. Cependant, d’autres gaz, comme le méthane qui a un pouvoir de gaz à effet de serre 21 fois plus important que le CO2, sont également rejetés en grande quantité.

L’augmentation de la quantité de gaz à effet de serre, aurait un effet domino sur la température de la planète :

Ce ne sont que quelques exemples des conséquences qui impacteraient tous les écosystèmes et entraînerait la disparition. Les conséquences sur l’homme seraient également importantes, avec des exodes très importantes dues aux inondations le long des zones côtières, mais également des zones de plus en plus arides où les problèmes de précipations seront accentués.

conclusion

Les économies d'énergie sont donc profitables sur tous les plans et à toutes les échelles. Les quelques raisons évoquées sont les plus flagrantes, mais il y en a beaucoup d'autres, comme l'accroissement des risques d'une manière générale, parmi lesquels ont peut citer, les risques atomiques, de marées noires, de pollution atmosphériques, de coupures électrique, ...

Il est donc important d'avoir une ligne environnementale, à chaque niveau, du rang mondial jusqu'aux particuliers, qui restent de toutes façons en première ligne, tant pour le gisement d'économie d'énergie que par les problèmes que l'on pourrait rencontrer rapidement.

si vous aimez, partagez !

Suivez nous sur facebook Suivre Cthermiques sur Twitter flux rss

laisser un commentaire ou une question










Voulez-vous être averti par mail lors d'une réponse à ce commentaire?
Voulez-vous vous inscrire à la newsletter?
* Champs obligatoires

commentaires et questions

Pas encore de commentaire ou de question. C'est votre chance! Soyez le premier ou la première! Remonter