Conseils Thermiques

la précarité énergétique

définition légale

L’amendement visant à inscrire dans le cadre de la loi la notion de précarité énergétique a été adopté dans la nuit du 5 au 6 mai 2010, lors de l’examen du Grenelle II. L'amendement a été intégré à la loi Besson de 1990.

Est en précarité énergétique au titre de la présente loi, une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison notamment de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat ».

quels critères pour être en situation de précarité énergétique?

La loi ne donne pas de chiffre limite induisant à une précarité énergétique. Un foyer est considéré en situation de précarité énergétique si (un seul des critères est suffisant):

la spirale de la précarité énergétique

Voici comment on peut représenter la spirale de la précarité énergétique :
spirale de la précarité énergétique
(image tirée de ce rapport de recherche financé par l'ADEME" (mars 2010) )

les risques

La précarité énergétique engendre de nombreux risques pour la santé et la sécurité :

Le salpêtre (moisissures)

Ainsi, le fait de sous-chauffer un logement, engendre de la condensation (à cause de la température basse) et l'apparition de moisissures. Celles-ci polluent l'air qui n'est souvent pas (ou pas assez) ventilé par faute de VMC. Ces moisissures sont responsables de nombreuses maladies respiratoires comme les bronchites par exemple. De plus, elles provoquent des odeurs désagréables (de moisie) qui s'incrustent partout, notamment dans les vêtements.

Les poêles à pétrole

Ensuite, l'utilisation de poêle à fioul engendre là encore une pollution de l'air. En effet, sur ces systèmes il n'y a pas de cheminée, les fumées restent donc dans le logement. Il est évident que ces fumées ne sont pas bonnes pour la santé. Mais la présence d'un tel poêle augmente aussi considérablement les risques d'incendie! On peut rajouter ici, que même si l'utilisation de ces poêles peut paraître intéressante d'un point de vue économique, ce n'est absolument pas le cas. Les personnes en précarité énergétique utilisent ces systèmes puisqu'ils permettent, à très court terme, de mieux fractionner leurs dépenses énergétiques et donc de les réduire artificiellement. Elles ne pourraient en effet pas payer une facture importante à la fin du mois (comme c'est le cas avec EDF).

conclusion

La précarité énergétique est un véritable fléau et il est très difficile de savoir le nombre exact de foyers dans cette situation. En effet, les personnes qui sous-chauffent leur logement sont difficilement détectables. Cependant, de nombreuses associations énergétiques et sociales ainsi que le gouvernement (voir ici) engagent des moyens pour permettre de faire des diagnostics dans les logements sociaux pour détecter les logements en précarité énergétique. Ensuite, en changeant les habitudes des personnes comme arrêter d'utiliser les poêles à fioul et en effectuant des travaux d'isolation, elles permettent dans la majorité des cas de rendre le logement moins énergivore et donc de faire des économies énergétiques, et financières. Cependant, il arrive que les logements soient totalement insalubres (un seul point d'eau dans tout un appartement par exemple, moisissures sur tous les murs, etc...). Ce sont alors des procédures de relogement qui sont engagées.

si vous aimez, partagez !

Suivez nous sur facebook Suivre Cthermiques sur Twitter flux rss

laisser un commentaire ou une question










Voulez-vous être averti par mail lors d'une réponse à ce commentaire?
Voulez-vous vous inscrire à la newsletter?
* Champs obligatoires

commentaires et questions

Krystof le 24.06.13

Merci pour ta réponse pleine de clichés mon cher Zacral. Je travail justement auprès de public en précarité sur les économies d’énergies et j'en vois même qui se permettent de s'acheter à manger presque tout les jours (ou même des fournitures scolaires), quelle honte, ils pourraient se payer du chauffage Effectivement il y a des fumeurs et des fois des propriétaire de chiens mais ce genre de généralité a plus sa place autour du zinc du café du commerce ou sur TF1 qu'ici...
Il arrive que dans certains cas ce soit de la mauvaise gestion mais dans la grande majorité c'est lié à leur habitat (à part eux personnes n'acceptent une telle insalubrité), à des accidents de vie (séparation, perte d'emploi,...) ou tout un tas d'autres raisons (handicap, revenus faibles, recomposition de famille,...)

Zacral le 30.10.12

on voit souvent des gens en précarité énergétique fumer la cigarette, ce qui leur revient bien plus cher qu'un chauffage correct, et aussi avoir un chien à nourrir, cela aussi a un coût. Il faut quand même savoir ce qu'on veut dans la vie. Ensuite, c'est le bailleur qui aura des problèmes parce qu'un logement pas chauffé ou chauffé avec un poêle à pétrôle qui dégage beaucoup d'humidité devient insalubre. A noter que les poêles à pétrôle -ou à gaz) ne peuvent être utilisé qu'en local aéré, or, on les utilise même dans des logements récents et sans problème. Ces appareils devraient être interdit à la vente. Outre leur dangerosité et la pollution extrême de l'air, ils causent des problème ORL chez les enfants. Par contre un radiateur bain d'huile à roulette employé avec un programmateur journalier pour ne chauffer qu'aux moments utiles pour limiter efficacement la conso. Les gens en précarité énergétique ont souvent un problème de gestion de budget, car parfois leur revenu n'est pas si mal que ça.
Remonter